Presse

Au moment où le gouvernement finalise son plan de relance, Procos fait un point à date de l’activité du commerce spécialisé.

Le report des soldes au 15 juillet a entraîné une forte baisse d'activité pour les acteurs du commerce spécialisé à fin juin : - 2,1 % pour les magasins toutes activités confondues du panel Procos (*), un mois très difficile pour certains secteurs tels que l’équipement de la personne (- 19,9 % en magasin à surface égale) et la restauration (- 35,4 %).

Qu’en est-il après un premier week-end de soldes ? Sans surprise, un début de soldes peu dynamique, la période étant peu favorable (départ d’une partie des Français en congés…). Selon l’observatoire Procos/Stackr (**), la fréquentation des magasins est restée négative lors de la première semaine des soldes (- 2 %) par rapport à la même semaine en 2019. Cette fréquentation est surtout inférieure de 30 % à celle des premiers jours de soldes en juin 2019.

 

Entre le 1er et le 19 juillet, l’évolution du chiffre d’affaires des magasins des enseignes Procos tous secteurs du commerce spécialisé confondus est négative (à - 9,6 % par rapport à la même période en 2019) malgré le premier week-end de soldes.


L’équipement de la maison (+ 12 %) réalise un bon début de soldes, mais plusieurs secteurs restent en fort retrait depuis début juillet, en particulier l’équipement de la personne (- 13,9 %), la beauté-santé (- 10,8 %) et la restauration (- 20 %). L’alimentaire spécialisé réalise quant à lui un début de mois comparable à 2019 (+ 0,3 %).


En cumul du 1er janvier au 19 juillet 2020, et c’est ce qui permet de bien appréhender la situation économique des enseignes, les ventes magasins à surface égale restent négatives pour tous les secteurs.


Depuis début 2020, la baisse de chiffre d’affaires cumulée des enseignes est de - 29,9 %. Si certains secteurs ont rattrapé une partie du retard pris lors du confinement, tels que l’équipement de la maison (- 18 %), les jardineries, le sport, les autres demeurent en grande difficulté : équipement de la personne (- 34,3 %), restauration (- 40 %) et beauté-santé (- 33 %). C’est dans cette situation économique que les acteurs du commerce spécialisé vont aborder la rentrée. La situation reste très compliquée pour nombre de magasins, la rentrée et la fin d’année seront déterminantes. Le commerce est un secteur à très fort enjeu sur le front du risque social et de l’impact territorial.


D’où l’importance vitale d’un plan de relance de la consommation très volontariste pour sauver les commerces de toute taille et les emplois...

 

Télécharger le communiqué complet format pdf...