Presse

Les magasins du commerce non-alimentaire sont fermés depuis le 14 mars. Les enseignes du commerce spécialisé (*) ont vu leur chiffre d’affaires baisser de - 55 % sur le mois de mars 2020 et - 96 % depuis le 15 mars.

47 % des enseignes poursuivent leur activité e-commerce malgré les difficultés de livraison. Les ventes sur internet ont augmenté en moyenne de + 37 %. Mais, cette augmentation des ventes sur internet ne permet de récupérer que 3 % des ventes habituellement réalisées en magasins. Par ailleurs, ces ventes internet ne fonctionnent que pour certains secteurs pour lesquels les acteurs sont parvenus à poursuivre leur activité (culture/loisir/jouet, alimentaire spécialisé, équipement de la maison, beauté/santé). Par contre, les ventes d’habillement en ecommerce sont en forte baisse.

Sur le premier trimestre 2020, et après quinze jours de fermeture, l’activité des magasins est déjà en baisse de - 17,6 % en moyenne. 52 % des enseignes connaissent déjà une baisse sur le trimestre supérieure à - 20 %. Seules 2 % des enseignes rencontrent une évolution positive sur le trimestre…

La mesure des impacts sur l’activité après quinze jours de fermeture permet d’appréhender les risques importants en matière d’emploi. Rappelons que le commerce de détail non alimentaire emploie plus d’un million de personnes en France.

Les mesures fortes décidées par le Gouvernement doivent servir à atteindre les deux objectifs prioritaires : sauver un maximum de magasins pour sauver un maximum d’emplois dans les territoires. C’est l’enjeu sociétal.

 

(*) 50 enseignes interrogées sur leur performance dans 50 pôles de références situés dans 15  agglomérations

Lire le commmuniqué complet format pdf...